travailleur indépendant                            

Travail indépendant - Emploi indépendant : Offre de mission pour le travailleur indépendant
Profession libérale - Freelance : informaticien indépendant, consultant indépendant, formateur indépendant, télésecrétaire.

Offres d'emploi indépendant, Profession libérale - Travail indépendant, missions freelance classées par region de France Mission Freelance, Indépendant, Profession libérale
  Affacturage, Sociétés d'affacturage Affacturage, Sociétés d'affacturage Mutuelle des indépendants, professions libérales et TNS Mutuelle des indépendants, professions libérales et TNS


 
 Veuillez choisir l'une des deux  options suivantes :
Indépendant
Entreprise
  * Login:      
  * Password:


Le capital investissement

Vous avez besoin d’argent pour créer ou développer votre entreprise et vous avez épuisé le crédit de vos amis ou de votre banque. Vous avez entendu parler des centaines de millions d'euros qui ont été investies par le capital-risque dans les start-ups, et vous vous demandez si vous pouvez faire appel à ce type d’investisseurs.

Prenez le temps de comprendre ce qu’est véritablement le capital-investissement et vous aurez gagné du temps pour trouver l’argent dont vous avez besoin.

Préliminaire : capital-risque ou capital-investissement ?

Sont utilisés indifféremment le mot capital-risque (traduction de l’anglais venture capital) ou capital-investissement. Même si cet investissement en capital ou quasi capital dans une entreprise comporte un risque important, nous préférons utiliser capital-investissement comme terme générique, étant précisé que le capital-risque à l’intérieur de la famille du capital-investissement consiste à ne financer que les créations d’entreprise.   

1. Qu’est-ce que le capital-investissement ?

C’est un investissement en fonds propres ou quasi fonds propres…

Le capital-investissement consiste en une prise de participation en capital, dans des entreprises généralement non cotées pour financer leur démarrage ou leur croissance, leur survie ou leur changement de mains. Il s’agit ainsi de financer des sociétés en création ou des PME / PMI à un moment critique de leur histoire, en palliant le manque d’argent des fondateurs ou des dirigeants, et en fournissant des capitaux que les banques ne sont pas prêtes à engager car le risque est trop important pour elles.

Le capital-investisseur est un intermédiaire entre les institutions financières (Investisseurs Industriels, Fonds de pension / Caisses de retraite, Banques, Compagnies d’assurance, Personnes privées, Organismes d’Etat, Universités / Ecoles, ...) et l’entreprise. Ces institutions confient aux capital-investisseurs le soin d’investir une partie des fonds qu’ils gèrent pour diversifier leur risque et augmenter la rentabilité de leur portefeuille. Dans le cas des organisations publiques ou parapubliques, l’accent peut être mis plus sur des aspects de développement économique (structuration d’une filière ou dynamisation d’une région) que sur des aspects de rentabilité.

...qui attendent une forte rentabilité en contrepartie du risque encouru…

L’objectif du capital-investisseur est d’obtenir pour ses investisseurs une rentabilité supérieure à celle que l’on pourrait obtenir à travers un placement sans risque (investissement de type Caisse d’Epargne, bons du trésor, ...). Il obéit à une règle d’or simple : plus un investissement est risqué, plus la rentabilité espérée doit être élevée. Par rentabilité élevée, entendons 15-20% par an cumulés pour du capital-développement, 20-40% pour une reprise d’entreprise avec effet de levier (LBO), plus de 30% pour du financement de création d’entreprise (start-up) ou du capital-retournement (entreprise en difficulté). Ces chiffres peuvent être comparés au taux de rendement des emprunts d’Etat à Long Terme qui, en l’espace de dix ans, sont passés de 10 % à 5 %.

et pour une durée limitée dans le temps.

C’est au moment du désinvestissement que le capital-investisseur réalise la plus-value espérée, soit en revendant sa participation à un industriel ou à un autre financier, soit en introduisant la société en Bourse. Le désinvestissement n’exclut pas le versement de dividendes ou le paiement d’intérêts pendant le temps que dure la participation, mais ce n’est généralement pas là que l’essentiel de la rentabilité est espéré.

2. Quel financement à quel moment de la vie de l’entreprise ?

En parcourant les guides sur le capital-investissement ou en discutant avec des professionnels, vous constaterez qu’il existe un vocabulaire propre à la profession, dont la quasi-totalité des termes sont empruntés à l’anglais. Pour vous y retrouver, il est nécessaire de connaître les différentes opérations que recouvre le capital-investissement.  

Dans le cycle de financement des jeunes entreprises, les capital-investisseurs professionnels / institutionnels n’interviennent pas à tous les stades. Ainsi le financement du tout début d’une entreprise est souvent assuré par ce que les américains appellent le love money, c’est-à-dire l’argent que vous collecterez dans un premier temps auprès de vos proches.

Lorsque le projet est devenu plus concret, vous pourrez trouver un Business Angel, qui vous apportera un financement pour continuer votre aventure ainsi que des conseils. Les Business Angels sont en effet généralement des entrepreneurs ou d’anciens entrepreneurs et leur expérience compte au moins autant que leur argent. Enfin l’étape suivante consistera à lever des fonds auprès de capital-investisseurs pour donner une véritable assise au projet : c’est le recours au capital-risque. Vous pouvez aussi être amené à rencontrer un capital-investisseur au moment où vous souhaitez développer votre entreprise, on parlera alors plutôt de développement. A moins que vous soyez dans la situation de vouloir racheter l’entreprise dont vous êtes actuellement salarié, auquel cas on parlera de MBO (Management Buy-Out). En fait, d’un investissement de cinq cent milles euros dans une start-up à un LBO portant sur une entreprise dont la valeur représente plusieurs dizaines de millions de francs, la fourchette montre la diversité des types de financement que l’on peut classer ainsi :
 

NOM

DESCRIPTION

SYNONYMES

Capital d’amorçage

Financement d’un projet au niveau de la recherche, de la définition du produit.

Capital-création

Capital-risque

(stricto sensu)

L’entreprise est en phase de création ou au tout début de son activité. Elle n’a pas commercialisé son produit. Le financement est destiné au développement du produit et à sa première commercialisation.

Capital-développement

L’entreprise a atteint son seuil de rentabilité et dégage des profits. Les fonds seront employés pour augmenter ses capacités de production et sa force de vente pour développer de nouveaux produits, financer des acquisitions et/ou accroître son fonds de roulement.

Consolidation

Rachat d’entreprise avec

ou sans effet de

levier

Les capitaux sont destinés à l’acquisition par la direction existante, ou par une nouvelle équipe, et par leurs investisseurs, d’une société déjà établie, et/ou à la création d’une société holding.

LBO, LBU, MBO, MBI, BIMBO

Capital transmission

RES / LMBO

Pré IPO

Financement avant introduction en Bourse.

Pré-Cotation

Rachat de positions minoritaires.

L’investisseur rachète des actions détenues par des actionnaires familiaux ou éventuellement par d’autres opérateurs en capital-investissement.

Retournement

Financement d’une entreprise en difficulté pour la redresser.

3. Capital-investissement et innovation

Le capital-risque, longtemps délaissé

Historiquement, le Venture Capital s’est développé aux Etats-Unis avec pour ambition et comme raison de vivre de financer des aventures « entrepreneuriales ». En ce sens, la vocation première du capital-investissement est bien de financer le développement d’idées, de concepts et de produits nouveaux : ce qu’il est convenu d’appeler des innovations.

A retenir : l'essentiel

Le capital-investissement est un investissement en fonds propres ou quasi-fonds propres réalisé pour le compte d’institutions financières qui attendent une forte rentabilité en contrepartie du risque encouru et pour une durée limitée dans le temps.

Le terme capital-investissement recouvre les financements en capital d’une entreprise au cours des différentes phases de son existence:
- Le capital d’amorçage finance un projet de recherche ou de finalisation du produit.
- Le capital-risque finance une entreprise en création ou au tout début de son activité.
- Le capital-développement finance une entreprise déjà existante cherchant à accélérer son développement (augmentation des capacités de production, de la force de vente, développement de nouveaux produits…)
- Le capital-transmission finance le rachat d’une entreprise par ses salariés ou par des tiers.
- Le pré IPO finance une entreprise avant son introduction en Bourse.
- Le retournement finance une entreprise en difficulté pour la redresser.

(Texte extrait de "Tout savoir sur le capital-risque", Gilles MOUGENOT, éditions City&York)
Source : apce.com


télétravail, offre télétravail, annonce télétravail


Une mutuelle pas chère qui rembourse bien !
Comparateur Mutuelle santé et prévoyance

Remplissez une seule demande pour comparer les tarifs, les garanties, les niveaux de
remboursements des meilleures mutuelles santé prévoyance du marché et économiser jusqu'à 300 € par an.
Devis mutuelle santé prévoyance 100% gratuit et sans engagement.